Bouquetin à Champagny le Haut en SAVOIE LIBRE

Bouquetin à Champagny le Haut en SAVOIE LIBRE

jeudi 1 juin 2017

SAVOIE, COUR D'APPEL de CHAMBÉRY, FRANC-MAÇON, CHRISTINE LAGARDE, F.M.I., procureur, JUGE, SAVOIE INDÉPENDANTE, ECHO DES MONTAGNES, FRÉDÉRIC BERGER



  CHRISTINE LAGARDE CONTRE L’ÉCHO DES MONTAGNES

Christine Lagarde du Famine Mondial International a porté plainte contre votre journal.
Elle s'est désitée à l'audience à Albertville en correctionelle, en mars 2011.
Mais le parquet a poursuivi quand même illégalement, pour détruire  votre rédacteur en chef, en le condamnant à 4 000 euros d'amende.
Votre rédacteur en chef a fait appel et voici en exclusivité les échanges entre l'avocat général putatif d'occupation de la Savoie et le Président de la cour d'appel putatif d'occupation de la Savoie.
Vous remarquerez que c'est un tribunal franc-maçon, par les photographies proposées.
L'intérieur de la salle d'assises est composé de la manière suivante:
Dérrière le président, il y a 2 colonnes du temple de Salomon avec un chapiteau et au dessus il y a l'oiel des illuminati.
La salle d'audience est agencée comme un temple franc-maçon: 11 lumières
Le dispositif de la salle ressemble à celui de la loge du Grand Orient de France, pays colonisateur de la Savoie.
Voici l'audience:
AUDIENCE DU 31 MAI 2017 - COUR APPEL CHAMBERY

         Bien nous allons passer au dossier concernant Mr BERGER.

Mr BERGER est là ?

Mr BERGER n’est pas là ?

On t’appelle

Le Président : Bien Mr BERGER, je vous rappelle qu’au cours de cette audience vous allez pouvoir vous expliquer, répondre aux questions mais que vous avez le droit de vous taire.

FB : J’entends très mal, …Je vous rappelle que j’ai des problèmes d’audition.

Le Président : Ecoutez, Je vais parler plus fort mais je ne peux pas crier non plus dans cette audience. Je vous rappelle qu’au cours de cette audience, vous allez pouvoir vous expliquer, pouvoir répondre aux questions, mais vous avez également le droit de vous taire.

Vous êtes Monsieur BERGER, quel est votre prénom ?

FB : FRIEDEREICH HARMUT

Le Président : Quelle est votre date de naissance ?


FB :  … né versEN FONCTION DU BUREAU DE RECRUTEMENT DE LA LÉGION ÉTRANGÈRE en ALGÉRIE, EN L'OCCURENCE DU 1er RÉGIEMENT ÉTRANGER DE PARACHUTISTE, basée à ZÉRALDA à Alger, popopodit, mon Frère.



Le Président : Quel est votre domicile ?

FB : 17 rue Barral FRONTENEX SAVOIE PAYS SOUVERAIN ET JE VOUS EMMERDE, je vous pisse à l'oiel et comme vous dit votre sinistre de la Justice coloniale française: la queue d'une vache va de gauche à droite, mais le trou du cul est au milieu".


Le Président : Vous êtes à la retraite actuellement ? Vous travaillez ? Vous êtes à la retraite ; vous travaillez??


FB : Je suis à la retraite, de l’armée mais je travaille dans mon journal - je suis journaliste d'investigation qui fouille les poubelles de la FRance-rël.

Le Président : Dans quel journal ?


FB : L’écho des montagnes 


Le Président : L’écho des montagnes (en écho ? lol) 


FB : un million de lecteurs lus par le monde quotidiennement.


Le Président : d’accord, quelle est votre situation de famille ?


FB : marié, arrière-grand-père 3 petits enfants (sourire amusé du Président)


Le Président : Mr BERGER vous avez déjà été condamné en 2003 pour actes d’intimidation envers dépositaires de l’autorité publique à des amendes avec sursis et en 2007 condamné pour outrage à personne dépositaire de l’autorité publique. Voilà je laisse la parole à Mr le conseiller faire son rapport, mais je crains qu’il n’y ait une difficulté dans cette procédure dans la mesure où (euh) je ne suis pas sûr que votre appel soit recevable. Mais vous allez vous expliquer.


Le Conseiller (barbu) : Alors vous avez fait l’objet d’un jugement du 16/05/2011 devant le TC de ALBERTVILLE, vous étiez poursuivi sous deux chefs de prévention : diffamation envers particulier par parole écrit image et moyen de communication , à l’encontre de Mme LAGARDE à l’époque et également pour provocation à la discrimination en raison de l’origine l’ethnie la nation la race ou la religion par parole écrit etc… et là ça concernait donc ..vous parliez de Mr DREYFUS et d’intelligence avec l’ennemi. Je fais court parce qu’on ne va pas avoir à développer apparemment. C’était le 16/05/2011, jugement contradictoire, ce jugement rejette l’exception de nullité soulevé,  prononce la nullité de votre garde à vue du 13/10/2010, retient votre culpabilité pour deux chefs de prétention, diffamation et provocation et vous condamne à une amende de 2000€. Vous faites appel le 19/05/2011, suivi de l’appel du Ministère Public. La Cour d’Appel donc a statué le 05/01/2012, elle a rendu ce qu’on appelle un arrêt contradictoire à signifier. Et elle a indiqué qu’elle vous relaxait pour les chefs de diffamation  envers le chef membre du gouvernement, Mme LAGARDE à l’époque, Le jugement pardon, l’Arrêt a confirmé le jugement et a retenu votre culpabilité en ce qui concerne la provocation à la discrimination, et l’Arrêt a réformé l’appel et vous a condamné à une peine d’amende de 4000€ ; cet Arrêt contradictoire à signifier a fait l’objet d’une opposition de votre part en date du 29/03/2012. La Cour d’Appel de CHAMBERY le 12/12/2012 a rempli un arrêt par défaut vous n’étiez pas au courant de la situation et a indiqué que votre opposition n’était pas recevable, compte tenu de ce que l’appel a été rendu contradictoirement à signifier.

Par la suite donc, le Parquet Général a cherché à vous faire signifier ce jugement euh et il a fallu saisir  les services de gendarmerie de la SAVOIE. Euh le 02/04/2013. Le 10/06/2013, les services de gendarmerie a répondu qu’il n’était pas possible de vous remettre cette décision de justice, malgré plusieurs convocations 4 au total et deux transports sur les lieux , un du 25/04/2013 et un du  04/05/2013, où vous aviez refusé de répondre à la demande de notification d’une décision de justice, la première fois vous étiez dans votre maison, vous êtes restés bien enfermé dedans, la deuxième fois vous avez refusé à la demande des gendarmes de venir  discuter avec eux et ensuite le 04/05/2013, là vous étiez dans votre jardin, vous avez vu les gendarmes arriver, vous vous êtes précipité chez vous et vous vous êtes enfermé chez vous et là encore vous avez refusé de répondre aux gendarmes. De venir discuter avec eux.

Alors le Parquet Général a demandé votre inscription au Fichier des Personnes Recherchées, le 16/10/2013, avec une inscription comme quoi, votre opposition était recevable sur cet arrêt du 12/12/2012, puisqu’il a été rendu par défaut. La gendarmerie de BLESSY SUR ISERE vous a dressé un procès-verbal le 20/03/2017, ce jour-là elle vous a notifié cet Arrêt DE LA CA CHAMBERY DU 04/12/2012 et vous a notifié la  date d’audience, prévue pour aujourd’hui 31 mai à 14H00.

Et vous êtes présent aujourd’hui.

Bien, Mr BERGER … nous allons voir cette affaire, dans la mesure où vous avez été jugé par cette Cour d’Appel, le 05/01/2012, vous n’étiez pas présent 


FB : Mr le Président ce n’est pas un jugement contradictoire, je ne savais même pas ! Alors comment pouvez-vous dire contradictoire, quand je ne suis pas présent - 
Je n’étais pas présent ! Je ne savais même pas qu’il y avait eu ce jugement. Je n’ai pas été assigné ni signifié. Je ne savais même pas qu’il y avait eu ce jugement.

Comment ai-je eu connaissance de ce jugement  tout simplement par les impôts qui m’ont envoyé, un commandement de payer de 4000€. Voilà donc je suis très très, surpris que vous dites contradictoire.


Le Président : Vous êtes là


FB : évidemment c’est moi qui fait appel - ce serait curieux que moi l’appelant je ne vienne pas … Voilà le problème - ça traîne depuis , j’ai fait beaucoup de courriels avec le  greffier pour pouvoir venir

 Voilà la clé de voute.. (rires BB)


Le Président : Pardon lorsque vous avez fait appel, on vous a dit que vous deviez faire une déclaration d’adresse, ce que vous avez fait et on vous a adressé euh, la citation à l’adresse déclarée, cependant vous n’avez pas retiré cette convocation, mais en ne retirant pas cette convocation et en ne recevant pas l’huissier, et bien dans ce cas c’est avec bon droit que la Cour a rendu un Arrêt contradictoire à signifier.


FB : Mais je n’étais pas présent mais je ne l’ai pas eu ce jugement


Le Président : Oui parce que vous ne retirez pas vos LRAR 


FB : La loi oblige l’huissier à laisser un avis de passage


Le Président : Il vous a dressé une LRAR que vous n’avez pas retirée que vous ne retirez pas ben si elle est là, elle est là cette LRAR


 FB : Je ne l’ai pas eue


Le Président : Monsieur, Vous avez 15 jours sinon elle nous revient à l’adresse indiquée. On vous adresse une LRAR et vous ne la retirez pas et ben


FB : si on ne peut pas la retirer dans ces 15 jours ! Si on n’est pas là pendant 3 semaines, On a le droit de ne pas être là !


Le Président : Vous avez le droit, toujours est-il que pour vous c’est un Arrêt qui a été rendu de manière contradictoire à signifier et à l’égard d’un tel arrêt l’opposition n’est pas recevable, c’est ce qu’a déclaré cette Cour par un Arrêt du 05/01 par défaut cette fois-ci, vous avez fait opposition à cet arrêt de défaut et dans cet arrêt de défaut, cette opposition est recevable. Mais la Cour ne pourra pas faire autre chose que de considérer que votre opposition à l’égard de l’Arrêt du 05/01 n’est pas recevable. Est-ce que vous avez d’autres choses à nous dire Mr BERGER ?


FB : Oui mon point de vue est dans la réponse, je n’étais pas au courant, chaise éléctique franc-maçonnique...

Le Président : Nous vous invitons à faire un pourvoi en cassation - Faites un pourvoi en cassation nous nous appliquons les règles de procédure pénale. Monsieur l’Avocat Général, je vous laisse les réquisitions.


L’Avocat Général : Monsieur le Président, Mesdames et Messieurs, Monsieur BERGER est sourd, Mr BERGER je confirme que il ne comprend rien au droit et au lieu de s’imaginer qu’il sait tout et que par conséquent il est en mesure de faire opposition, il aurait mieux fait de consulter un avocat qui lui aurait expliqué la situation, il se trouve que l’Arrêt qui a condamné Mr BERGER à 4000€ d’ amende est définitif, et par conséquent il n’est pas possible en effet, passé le délai de citation de faire opposition, la Cour a constaté que cette opposition était irrecevable, Mr BERGER s’est trompé,  on lui aurait fait des propositions à l’oreille , la Cour a constaté que cette opposition était irrecevable. Quand Mr BERGER est à nouveau parvenu devant la Cour, il a fallu à nouveau lui notifier la décision  et donc Mr BERGER fait à nouveau opposition à cette décision, vous constaterez que cette opposition est irrecevable. Mr BERGER ne comprend rien et par conséquent Mr BERGER s’imagine en faisant opposition, il va s’imaginer à tort que cette opposition est recevable. Il n’en est strictement rien alors nous sommes tristes, Mr BERGER aurait du faire appel à un avocat qui lui aurait expliqué le caractère ubuesque de cette situation, toujours est-il que donc, en ce qui concerne l’Arrêt qui a condamné EUH qui a constaté que l’arrêt est irrecevable est bien fondé et je vous demande de le constater. 


Le Président : Monsieur BERGER avez-vous quelque chose à ajouter en réponse ?


FB : Oui, Je rappelle que j’étais le seul j’étais un des meilleurs élèves de la faculté de droit d’AIX EN PROVENCE, j’ai fait mon CARPA, j’ai été assistant de ME Pasquini … l’un des meilleurs ténors du Barreau d’Aix en Provence, donc je continue il n’y a pas que le pourvoi en cassation, il y a aussi un recours qui est  le pourvoi nullité. 
Le pourvoi nullité il n’y a pas de délais - donc je fais un pourvoi nullité et cela sera plaidé devant la cour européenne de STRASBOURG. Il n’y a pas que le pourvoi en Cassation, il y a aussi le pourvoi nullité.


Le Président : Mr BERGER ça c’est autre chose, la Cour rendra sa décision définitive le 28 juin. La décision que la Cour rendra, interviendra le 28 juin.


FB : Très bien.


FB : Je savais qu’ils allaient faire ça je pensais à un piège pire.

Frédéric Berger von Götz von Berlichingen 

à suivre et pas triste


Frédéric Harmut Berger von Götz von Berlichingen, rédacteur en chef